Les « yeux dans les yeux », que faut-il attendre de la transparence ?

Bref, le mot aux contours bien arrêtés, le mot brutal, qui emma­gasine ce qu’il y a de stable, de commun et par conséquent d’impersonnel dans les impressions de l’humanité, écrase ou tout au moins recouvre les impres­sions délicates et fugitives de notre conscience individuelle.L’objection sera faite par des publicistes qui s’honorent d’être les disciples de Rousseau.Antonio Fiori lui-même semble en être certain.On peut être maires de banlieues ou de villages, partout en France, nous avons des trésors à promouvoir, des atouts territoriaux à valoriser, et pour tout dire, une certaine fierté à faire découvrir nos patrimoines et nos cultures.Je veux bien qu’ils soient excusables de faire durer un état de choses qu’ils n’ont pas créé.Je ne comprends pas pourquoi cela est grave.En réalité, le succès Allemand repose aussi sur des éléments qui n’ont rien à voir avec les réformes Hartz : un effet démographique (moins d’enfants, donc moins de dépenses publiques ; moins de tensions sur le marché du travail), la modération du prix des logements (stables sur dix ans là où ils ont été multipliés par 2,5 en France), qui a permis de maintenir des salaires bas.Comprendrait-on le pouvoir expressif ou plutôt suggestif de la musique, si l’on n’admettait pas que nous répétons intérieurement les sons entendus, de manière à nous replacer dans l’état psychologique d’où ils sont sortis, état original, qu’on ne saurait exprimer, mais que les mouvements adoptés par l’ensemble de notre corps nous suggèrent ?Autant les idées abstraites peuvent rendre service à l’analyse, c’est-à-dire à une étude scientifique de l’objet dans ses relations avec tous les autres, autant elles sont incapables de remplacer l’intuition, c’est-à-dire l’investigation métaphysique de l’objet dans ce qu’il a d’essentiel et de propre.Il y a des émotions qui sont génératrices de pensée ; et l’invention, quoique d’ordre intellectuel, peut avoir de la sensibilité pour substance.On peut poser l’existence du réel en général derrière la représentation : dès que l’on commence à parler d’une réalité en particulier, bon gré mal gré on fait plus ou moins coïncider la chose avec la représentation qu’on en a.Elle ne lâcha pas ce sou ; sortant d’un évanouissement, mourante, elle rouvrit sa main bien fermée et tendit à sa mère l’humble sou dont elle ne se figurait pas le peu de valeur, en lui disant « Je ne l’ai pas perdu.

Publicités