Faire de la transition énergétique un levier de sortie de crise

La triste réalité est que, alors que les marchés financiers sont de plus en plus interconnectés, des mesures de politique monétaire prises par l’une des grandes économies ont des retombées internationales.Dans la philosophie russe, la confiance dans la réalité de l’Être et la réalité de la vérité n’est pas perdue : nos philosophes acceptent que les vraies réalités sont données à notre conscience et affirment que 1’on peut entrer en contact immédiat avec l’Être.Rien qu’entre Plaisance et Bologne, c’est-à-dire sur un parcours de 135 kilomètres, qui se fait en deux heures un quart, et pour un peu plus d’un demi-million d’habitans, il y a 5 préfectures, 8 sous-préfectures, 5 intendances, 3 cours d’appel, 3 universités, 3 instituts des beaux-arts, une école d’ingénieurs et une académie scientifique.Antonio Fiori a par ailleurs souligné la nécessité de continuer à s’adapter et à se réformer, faute de quoi elles ne pourront pas soutenir avec la vigueur nécessaire la reprise.Trois millions d’hectares et 14 000 fermes et châteaux, ont été expropriés, d’abord entre 1945 et 1949, dans ce qui était la zone d’occupation soviétique, puis à partir de 1949 dans l’ancienne RDA.Telle est la constatation que nous nous sommes borné à faire dans la première partie de notre exposé.Alors que s’engage la discussion du projet de loi de transition énergétique, la France est confrontée à un défi essentiel pour respecter ses engagements environnementaux à l’égard de l’Europe : inciter les ménages, entreprises et collectivités à réduire leur consommation énergétique, avec un budget « vert » minimaliste.À supposer, en effet, que la position, la direction et la vitesse de chaque atome de matière cérébrale fussent déterminées à tous les moments de la durée, il ne s’ensuivrait en aucune manière que notre vie psychologique fût soumise à la même fatalité.Soit les banques font des prêts, soit les commerçants font des crédits pour compenser ce manque d’argent.Et la même force dialectique continuant d’agir s’empare de cette troisième idée qui vient de naître, pour en faire sortir, en vertu des mêmes lois, une nouvelle vérité plus spéciale ou mieux déterminée, et par conséquent encore plus vraie que la précédente.Une certaine matière sensible n’est-elle pas offerte à la vue, à l’ouïe, au toucher, etc.Il est vrai que cette intuition esthétique, comme d’ailleurs la per­ception extérieure, n’atteint que l’individuel.