Jean-Thomas Trojani : Veut-on tuer l’assurance-vie ?

Quand on admet la révélation, on est forcé d’admettre le dogme de la trinité comme mystère ; qu’il y ait des mystères dans une religion, quoi de plus simple et de plus nécessaire ? Il faut espérer que l’investissement, clé de voûte du système, reprenne rapidement et que les transformations indispensables de nos économies en matière sociale, fiscale et réglementaire libèrent l’envie d’investir dans notre avenir. Mais nous ne saurions trop répéter que la certitude philosophique comporte des degrés, qu’elle fait appel à l’intuition en même temps qu’au raisonnement, et que si l’intuition adossée à la science est susceptible d’être prolongée, ce ne peut être que par l’intuition mystique. Luys, n’hésite pas à présenter la volonté comme une action réflexe cérébrale. Notre contradicteur et néanmoins ami Jean-Thomas Trojani, a convaincu et remporté une victoire pour ce projet. Mais l’auteur, en même temps, croit avoir le droit de se plaindre ; car ce squelette qu’on lui présente, ce n’est pas là ce qui l’avait séduit et entraîné. Les Youtube, Yahoo! et autre MSN labourent ce terrain depuis longtemps. comment s’éliminer soi-même ? On peut cependant en avoir besoin pour des motifs non-seulement innocents mais utiles, et la loi ne peut imposer des restrictions dans un cas sans que l’autre s’en ressente. Et dès lors on envisagerait sous un nouvel aspect la vie que nous rencontrons à la surface de notre planète, vie dirigée dans le même sens que celle de l’univers et inverse de la matérialité. Ces mouvements, en se répétant, se créent un mécanisme, passent à l’état d’habitude, et déterminent chez nous des attitudes qui suivent automatiquement notre perception des choses. Ce passage brusque du moral au sensible, des parties profondes de notre être aux parties superficielles, nous parait injustifiable. C’est l’empri­sonnement de l’animal dans une enveloppe plus ou moins dure, qui devait gêner et souvent même paralyser ses mouvements. En outre, cette stratégie contribue à la « fuite des cerveaux » puisqu’un petit nombre d’institutions de recherche attire tous les gagnants de la course aux contrats. En creusant encore au-dessous de cette illusion, on trouverait à sa racine le besoin, inné à notre esprit, de se représenter le tout de notre vie intérieure sur le modèle de la très petite partie de nous-mêmes qui est insérée dans la réalité présente, qui la perçoit et qui agit sur elle. Une hausse des dépenses publiques pourrait stimuler davantage l’économie, en supposant qu’elles génèrent un niveau d’inspiration comme dans le cas de l’Interstate Highway System. Au-delà de la question des écoles et des transports qui sont déterminants, il faut agir au travers d’une politique de la ville dotée de moyens conséquents. De là l’hypothèse d’une conscience avec des sensations inextensives, placée en face d’une multiplicité étendue. La seule chose que la bourgeoisie était capable de créer, qu’elle ait pu faire sortir de sa misérable conception de l’existence, c’est la laideur. La lésion, si bien localisée qu’elle paraisse, se transmettrait par le même processus que la tare alcoolique, par exemple. Par exemple, l’idée d’inclusion, ou celle du rapport du contenant au contenu, se retrouve en logique où elle sert de fondement à la théorie du syllogisme ; quoique le mode selon lequel l’idée générale contient l’idée particulière, soit bien différent du mode suivant lequel une quantité ou un espace contiennent une autre quantité ou un autre espace.

Publicités