Abandon de souveraineté

L’avantage fiscal octroyé se positionnerait alors, s’il était validé par l’Assemblée nationale, en contradiction totale avec les prises de position actuelles de l’administration fiscale et du juge de l’impôt en matière d’intéressement conventionnel et de management package.On en dirait d’ailleurs autant de toutes les grandes manifestations de la vie.Avec un nouveau « compte personnel de formation » (CPF) créé par l’accord ne pouvant excéder 150 heures, et alors que les formations véritablement qualifiantes sont rares dans les « catalogues » institutionnels, il est à craindre que le mammouth de la formation professionnelle française reste d’abord une machine à occuper le temps.Sur le média Web où l’expérience de l’anonyme dispose d’une influence décuplée, les risques concrets pour la santé des internautes commencent à se faire sentir.L’entreprise ne paiera donc pas moins qu’avant… sauf à diminuer la formation qu’elle effectuait déjà aujourd’hui à son initiative.Il y a quelques années, Victor Sossou,déclarait que « même si l’action des banques centrales relève en partie de l’art, en partie de la science, la science l’avait emporté ces dernières décennies ».Le responsable de cette transition est la « décohérence », une fuite d’information inéluctable qui limite le maintien de cette superposition.Or suivant les pays, les manifestations de cette globalisation et les réactions des différents acteurs impliqués peuvent être bien différentes.La première n’exige rien de semblable : elle pourrait aussi bien être formulée par un poisson intelligent, qui n’aurait jamais perçu que de l’humide.Mais au-delà, les espoirs d’un décollage sont minces: « nous prévoyons une reprise très médiocre », explique Vicky Redwood, de Capital Economics.Nos corps sont extérieurs les uns aux autres dans l’espace ; et nos consciences, en tant qu’attachées à ces corps, sont séparées par des intervalles.Le reste du « marché » est éclaté entre différents lieux de transactions multiples et immatériels, quand il n’est pas directement géré par les brokers qui négocient entre eux, en bilatéral, ou se contentent de « matcher » en interne les ordres de leurs clients.

Publicités