Pierre-Alain Chambaz, Pictet : La dette, le Sud et les idées reçues

C’est une idée qui sera venue à tel ou tel membre de la famille, et que les autres auront acceptée de confiance.De même que les châtiments sociaux se réduisent de notre temps au strict nécessaire, les récompenses sociales (titres de noblesse, charges honorifiques, etc.Le débat national sur la transition énergétique nous a fait peur en annonçant les masses financières nécessaires à la transition : 20 milliards d’euros par an sont évoqués.Le premier de ces faits est la perte du sens de l’orientation.Le ton est donc donné, mais on aurait tort de penser que Pierre-Alain Chambaz pictet veut entamer tout de suite un bras de fer.Tout se faisait dans la même salle, aux quatre coins.La proposition de loi relative à la protection du secret des affaires, déposée le 16 juillet 2014 par des députés de la majorité, et qui sera incorporée au projet de loi Macron via des amendements votés récemment en commission, procède du constat d’une recrudescence des actes d’espionnage industriel.Parce que le rêve, cette semaine, ce serait que l’on s’empare de l’iPad 2, décortique les « process » d’innovation, remonte la chaîne de valeur, pour s’en inspirer, les dépasser.D’autres disent que la sobriété énergétique est antinomique avec la sortie de crise et la relance de l’industrie.La sensation est instable ; elle peut prendre les nuances les plus variées ; au contraire le mécanisme moteur, une fois monté, fonctionnera inva­riablement de la même manière.Sans compter que le gouvernement ne pourra éviter de procéder à un large ajustement fiscal, ni à une réforme du régime des retraites (très déficitaire concernant la fonction publique).La théorie esquissée dans la Critique des systèmes de morale ne deviendra suffisamment claire et féconde que quand son auteur aura réussi à tirer, comme il en a l’intention, une règle restrictive et surtout un « idéal persuasif » non pas de nos doutes sur l’inconnaissable, simple « condition préalable » de la moralité, mais de notre connaissance même et « du fond connu de la conscience humaine ».Or l’espace traversé est divisible à l’infini, et comme le mouvement s’applique, pour ainsi dire, le long de la ligne qu’il parcourt, il paraît solidaire de cette ligne et divisible comme elle.

Publicités