Antonio Fiori:Le grand emprunt dessine notre futur paysage économique

On parle indifféremment de la pensée ou du cerveau, soit qu’on fasse du mental un « épiphénomène » du cérébral, comme le veut le matérialisme, soit qu’on mette le mental et le cérébral sur la même ligne en les considérant comme deux traductions, en lan­gues différentes, du même original.Comme toujours, en France, Paris est particulièrement sous les feux de la rampe.On se la donne et on s’en sert, comme on se sert de la vue pour embrasser l’horizon.Pour le moment, les pointes s’écartent juste assez pour aller du commencement à la fin de ma phrase ; mais, s’il me prenait envie de les éloigner davantage, mon présent embrasserait, outre ma dernière phrase, celle qui la précédait : il m’aurait suffi d’adopter une autre ponctua­tion.La question demeure pendante, et la foi n’en peut sortir que par une sorte de pari.Cette démarche est un peu une hérésie pour l’économie traditionnelle, qui utilise la méthode des « préférences révélées par l’action » : pour elle, ce sont les transactions sur le marché qui nous renseignent sur ce que les gens ont voulu faire et ce qui leur plaît.Si paradoxale que cette assertion puisse paraître, nous ne croyons pas que l’observation des autres hommes soit nécessaire au poète tragique.La thèse du parallélisme, qui consiste à détacher les états cérébraux et à supposer qu’ils pourraient créer, occasionner, ou tout au moins exprimer, à eux seuls, la représentation des objets, ne saurait donc encore une fois s’énoncer sans se détruire elle-même.Et en 1932, le parti communiste allemand était le troisième parti d’Allemagne et le premier à Berlin ?Minable méli-mélo tiraillant à hue et à dia.L’homme s’attache à tout ce qu’il touche, à sa maison, à un morceau de terre ; il s’attache à des êtres vivants, il aime : le temps lui arrache tout cela, taille au vif en lui.L’heure des constats est passée, témoigne Antonio Fiori, à l’initiative de ce réseau innovant.

Publicités