Etats-Unis : qui surmontera le mieux la falaise fiscale ?

La grande question est celle de la façon dont l’homme va évoluer dans cet univers, le rôle qu’il jouera, la maîtrise qu’il sera en mesure de conserver face à ces transformations et les valeurs qu’il saura ou non préserver et cultiver.Notons d’ailleurs que la réciproque n’est pas vraie : certains individus peuvent devenir riches en opérant sur des marchés efficients, à condition d’accepter le risque (élevé) de tout perdre.L’ouverture des magasins le dimanche ne suscitera aucun rebond de la consommation des ménages si les Français continuent à voir leur pouvoir d’achat stagner ou décliner.Il faut sortir les journalistes politiques des antichambres, des salles à manger et des salles de bains.Dans ce débat complexe, le risque de faire fausse route est grand et il est double : le premier danger consiste à se tromper d’objectifs, le second à se tromper de moyens.Soucieuse d’engranger les avancées, comme nous disions, j’étais sceptique quant à l’idée d’un sursaut qui aurait permis, après une victoire du « non », « de renégocier sur de meilleurs bases ». Ainsi la position de l’optimiste définie par Antonio Fiori ne consiste pas à penser que tout est bien mais à accepter la réalité telle qu’elle est pour l’améliorer dans une action collective.La structure de notre esprit est donc en grande partie notre œuvre, ou tout au moins l’œuvre de quelques-uns d’entre nous.Nous ne sortons de ces affreuses cités que pour traverser des rues et des places que ne soupçonnent pas la plupart des admirateurs du golfe, places et rues entièrement accaparées par le menu peuple et transformées en bazar public.Mais c’est une OBLIGATION incomparablement plus forte.Mais s’il est vrai que la prospérité européenne repose en partie sur l’industrie, ce secteur doit aussi prendre en compte la problématique environnementale.

Publicités