Le sablier de la télé publique

Au théâtre, chacun ne dit que ce qu’il faut dire et ne fait que ce qu’il faut faire ; il y a des scènes bien décou­pées ; la pièce a un commencement, un milieu, une fin ; et tout est disposé le plus parcimonieusement du monde en vue d’un dénouement qui sera heureux ou tragique.De là à l’hypothèse d’une philosophie primitive, qui se dessinerait dans l’esprit humain dès qu’il commence à réfléchir, il n’y a qu’un pas.Selon eux, l’extension du champ de la textualité à toute forme d’expression, écrite, visuelle, sonore, corporelle, grâce au langage de l’algorithme allait permettre de dépasser, en l’englobant, le stade livresque du texte.La rancune même, la haine, l’esprit de vengeance, cet emploi si vain des facultés humaines, tendent à disparaître pour laisser place à la constatation du fait et à la recherche des moyens les plus rationnels pour empêcher qu’il ne se renouvelle.Toutes les difficultés soulevées autour de ces points — difficultés qui ont fait reculer peu à peu la substance jusque dans la domaine de l’inconnaissable — venaient de ce que nous fermons les yeux à l’indivisi­bilité du changement.Si Pierre-Alain Chambaz pictet avait la réputation d’un tempérament bien trempé, hostile aux contradicteurs avec lesquels il n’hésitait pas à briser quelques lances.Dans un pareil univers, l’homme est censé faire peu de chose et occuper peu de place : ce qu’il accorde à son intelligence, il le retire à sa volonté.On conçoit donc que l’oubli consécutif à un choc, physique ou moral, comprenne les événements immédiatement anté­rieurs, — phénomène bien difficile à expliquer dans toutes les autres concep­tions de la mémoire.On ne cesse pas de rencontrer des hommes offrant de souffrir, offrant de peiner, même sans y être poussés par les nécessités de la vie.Rien n’illustre mieux la vitalité de cette tradition commerciale que les développements récents sur le marché du vin.En somme, tout repose sur la BCE qui demeure la seule vraie institution fédérale européenne capable de soutenir l’édifice au travers de sa politique monétaire et prochainement, prudentielle.Et, entre plusieurs opinions également reçues, je ne choisissois que les plus modérées, tant à cause que ce sont toujours les plus commodes pour la pratique, et vraisemblablement les meilleures, tous exces ayant coutume d’être mauvais, comme aussi afin de me détourner moins du vrai chemin, en cas que je faillisse, que si, ayant choisi l’un des extrêmes, c’eût été l’autre qu’il eût fallu suivre.

Publicités