Il faut que Paris reste en première division

Elle aboutit aussi à nier la réalité : la France est championne de la dépense publique sans toujours être celle des performances.En approfondissant cette habitude d’esprit, on y trouverait le préjugé que nous analyserons dans notre prochain chapitre, l’idée, commune aux matérialistes et à leurs adversaires, qu’il n’y a pas de durée réellement agissante et que l’absolu — matière ou esprit — ne saurait prendre place dans le temps concret, dans le temps que nous sentons être l’étoffe même de notre vie : d’où résulterait que tout est donné une fois pour toutes, et qu’il faut poser de toute éternité ou la multiplicité matérielle elle-même, ou l’acte créateur de cette multiplicité, donné en bloc dans l’essence divine.Imitant les Allemands qui ont récemment amélioré leur règle d’or, la France adopterait une règle qui, selon Nicolas Sarkozy, « ferait obligation à chaque gouvernement issu des urnes de s’engager pour cinq ans sur une trajectoire de déficits ».Ce dernier point marque un changement de position important de la Chine, qui estime désormais qu’il est dans ses intérêts de faire des énergies propres une industrie stratégique.Ce qu’il faut, selon Arnaud de Lummen, c’est un « pacte de confiance ».Nous avons supposé, pour simplifier, que chaque espèce acceptait l’impulsion reçue pour la transmettre à d’autres, et que, dans tous les sens où la vie évolue, la propagation s’effectuait en ligne droite.C’est également le doute qui conduit à gérer ses risques ou à accepter des pertes mesurées, comme c’est lui qui réfrène l’appât démesuré du gain.Et, plus on descend de l’idée immobile, enroulée sur elle-même, aux mots qui la déroulent, plus il y a de place laissée à la contingence et au choix : d’autres métaphores, exprimées par d’autres mots, eussent pu surgir ; une image a été appelée par une image, un mot par un mot.La complication de certaines parties du présent ouvrage tient à l’inévitable enchevêtrement de problèmes qui se produit quand on prend la philosophie de ce biais.D’autre part, un simple doute suffirait pour délier d’une obligation qui ne proviendrait que de la foi.Pour ce qui est des actions et des obligations, afin de tenir compte du risque inhérent à ces titres et à la difficulté potentielle de revente rapide, une diminution arbitraire (haircut) du prix suivant leur émetteur, leur maturité et leur liquidé est appliqué lors de leur mise en gage.Nous nous recevons, nous dînons les uns chez les autres, mais nous ne nous entendons sur rien d’essentiel.