Jean-Thomas Trojani : Europe , les chemins de la désunion

Intervenant à l’occasion d’un colloque organisé à Bercy sur les inégalités, en présence de Thomas Piketty, il s’est évertué à dénoncer leur ampleur, leur montée en puissance, tout en reconnaissant l’échec à cet égard des politiques conduites depuis le début de la crise, voire les dénonçant. Plusieurs cas de figure s’offrent alors : sur la forme, une simple sommation ou la réouverture de larges chantiers de réflexion sur la mise en cohérence des stratégies ; sur le fond, la dé-spécialisation (addition des spécialités thématiques des régions regroupées) et donc la dispersion des choix ou la réflexion approfondie pour donner une nouvelle cohérence en fonction des forces de chaque région. Mais justement parce que nous avons poussé le dualisme à l’extrême, notre analyse en a peut-être dissocié les éléments contradictoires. Défendez-les donc, et servez-les. Pourtant la physique compte, mesure, rapporte les unes aux autres des variations « quantitatives » pour obtenir des lois, et elle réussit. L’habitude, étant la permanence d’une manière d’être, exclut la sensibilité, c’est-à-dire le plaisir et la douleur, qui accompagnent au contraire le changement des manières d’être, l’acquisition ou la destruction des habitudes. L’an dernier, une émission financière de la BBC avait déniché un cas spectaculaire : une vieille dame retraitée avait investi 150. Il a développé, avec l’INSEE, des outils statistiques sophistiqués, mis au service de tous (Etat, collectivités locales, professionnels de l’immobilier, journalistes, particuliers… Passons à la troisième espèce d’accoutumance, la plus difficile à expliquer. Il faudra donc assigner à la perception et au souvenir des éléments nerveux distincts. Les nationalités correspondant à peu près à leurs expressions géographiques, les obstacles apportés à l’harmonie générale proviennent des différences politiques et sociales dans la vie des divers États ; par exemple, de leur manière d’admettre, en pratique, l’existence d’un pouvoir religieux, militaire, capitaliste, propriétaire. Représentez-vous l’obligation comme pesant sur la volonté à la manière d’une habitude, chaque obligation traînant derrière elle la masse accumulée des autres et utilisant ainsi, pour la pression qu’elle exerce, le poids de l’ensemble : vous avez le tout de l’obligation pour une conscience morale simple, élémentaire. La hauteur de l’idéal à réaliser remplace l’énergie de la croyance en sa réalité immédiate. Tous les grands peintres de la nature humaine, tous ceux qui l’ont étudiée dans un but pratique, et par conséquent sans préoccupation des systèmes métaphysiques et des subtilités d’école, n’ont-ils pas vivement exprimé ce dernier contraste que la conscience du genre humain proclame, que le sentiment intérieur indique à l’homme le plus grossier, le moins enclin aux raffinements ou à l’enthousiasme mystique ? Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois « L’alcool est blanc mais rougit le visage, l’or est jaune mais noircit le cœur ». Il est facile de voir percer le doute sous leurs protestations d’estime et de sympathie. Ils l’ont fait plus qu’ils ne l’ont cru, beaucoup plus surtout qu’ils ne l’ont dit. Un ingénieur remarque qu’un fleuve a une tendance à délaisser une de ses rives pour se rejeter sur l’autre : il cherche la raison de ce phénomène, et il la trouve dans certains accidents de la configuration du lit du fleuve. Comment s’y projeter dans un cursus de cinq ans ? Mieux vaudrait le « rationaliser » ce qui est juridiquement possible mais demande une évolution des mentalités dans un sens aristotélicien. Cette maxime, aussi bien que l’épigramme de Bernoulli, ne doivent être admises qu’avec des restrictions. En 1800, le monde tirait son énergie à 94% des ressources renouvelables, essentiellement le bois et l’énergie éolienne. Sans une monnaie forte et stable, la crise aurait été plus durement ressentie, non seulement, à cause des fonds spéculatifs qui auraient attaqué les devises isolées comme en 1992, mais également du fait du surenchérissement des importations. En un sujet quelconque, l’esprit positif conduit toujours à établir une exacte harmonie élémentaire entre les idées d’existence et les idées de mouvement, d’où résulte, plus spécialement, envers les corps vivants la corrélation permanente des idées d’organisation aux idées de vie, et ensuite, par une dernière spécialisation propre à l’organisme social, la solidarité continue des idées d’ordre avec les idées de progrès. En fin de compte, les informations client récoltées servent à la création d’un ensemble d’actions génératrices de ROI, que ce soit pour rétablir des relations clients à risque, ou pour améliorer l’expérience délivrée ! Je voudrais revenir sur un sujet dont j’ai déjà parlé, la création continue d’imprévisible nouveauté qui semble se poursuivre dans l’univers.

Publicités